Dans Mort à Venise sur France 2

« …Il a adoré ces années en maillot noir et blanc à côté de l’idole. Et comme Zinédine Zidane, il se faisait perfuser avant les matches. – Pourquoi vous preniez ces produits? – Parce que cela nous aidait. Parfois, on avait des baisses de régime, on n’était pas assez Cela nous aidait à récupérer plus vite, à aller mieux. Si je vais un peu mieux, j’arrive un peu plus tôt sur la balle… Donc, je marque un but et je gagne. – Donc cela jouait sur vos performances? – Oui, certainement. – Si aucun des joueurs n’a jamais été poursuivi pour dopage, le médecin de la Juventus, lui, a été condamné à 22 mois de prison pour avoir administré de l’EPO. – Au début, je parlais surtout d’abus de médicaments. Mais ensuite, on a entendu parler d’EPO et de stéroïdes. Attention, il n’y avait pas que la Juventus… Le problème était général. Toutes les équipes italiennes étaient touchées. – Mais c’est qu’il va nous gâcher la fête, Zeman! Ils étaient combien, nos Bleus, à jouer dans les clubs italiens quand ils ont disputé la Coupe du monde On a fait le calcul: 7, un tiers de l’équipe, dont les plus grosses pointures… Didier Deschamps, Lilian Thuram, Marcel Desailly, Youri Djorkaeff et bien sûr Zizou…… »
« …- Angelino, un repère pour les supporters de la Juventus… – A l’époque, ils avaient un préparateur physique qui mettait vraiment les joueurs sous pression. Il les essorait complètement. On le surnomme « le Marine ». Il les faisait travailler dur mais les résultats étaient très bons. – Gampiero Ventrone, redoutable… Nous avons retrouvé l’élégant quinquagénaire. A l’époque, la Juve le recrute elle traverse une crise sans 10 ans sans rien gagner. Pour sauver le club, Ventrone a carte blanche. Alors il applique une méthode martiale qui aujourd’hui ferait frémir n’importe quel joueur. – Une journée classique, c’était comme ça… 8h30, salle de musculation. On faisait un travail de compensation, des exercices pour équilibrer certaines parties du Ensuite, entraînement de foot avec leur coach, Marcello Lippi, pendant deux heures et demie. Ensuite, match, électrostimulation… Ils s’endormaient avec des électrodes partout sur le corps. – Zizou n’est absolument pas préparé à cette cadence. Les six premiers mois, il vit un enfer mais il encaisse. – En début de saison, on a eu une préparation terrible. Mais pour un footballeur, vivre ces moments-là, c’est fabuleux. – Il vomissait mais il n’était pas le seul… Même Didier Deschamps vomissait…… »