Dans Laurent Gerra, le miroir de son époque sur France 3

“…-Du pain béni pour Laurent Gerra. Le 4 janvier 2008, N. Sarkozy officialise leur relation. -On a décidé de ne pas mentir. On ne veut rien instrumentaliser, mais on ne voulait pas se cacher. Je ne voulais pas qu’on prenne une photo de moi au petit matin. Vous l’avez compris, c’est du sérieux, mais c’est pas le JDD qui fixera la date. -Mes chers amis, pendant la campagne, je vous avais promis la rupture. La voilà. Dans mon gouvernement, j’ai plein de femmes. Rama, Fadela, Rachida… Et chez moi, Carla. Y a plus Cécilia, mais y a Carla. Quelqu’un m’a dit que tu m’aimais encore. Serait-ce possible alors ? Je suis content d’aller en Egypte. On est la 8e plaie maintenant là-bas. Elle est bien… Bon, j’ai les restes, mais je suis content. Si ça va pas, je prendrai Paris Hilton. J’ai pas envie de parler de ma vie privée. -Si le quinquennat de N. Sarkozy est marqué par la pipolisation de la vie politique, c’est aussi celui des affaires de moeurs, comme celle qui éclabousse l’équipe de France de footbaIl et notamment Franck Ribéry….”